Pas L'Indifférence (Goldman Jean-Jacques)

J'accepterai la douleur D'accord aussi pour la peur Je connais les conséquences Et tant pis pour les pleurs J'accepte quoiqu'il en coûte Tout le pire du meilleur Je prends les larmes et les doutes Et risque tous les malheurs Tout mais pas l'indifférence Tout mais pas ce temps qui meurt Et les jours qui se ressemblent Sans saveur et sans couleur Et j'apprendrai les souffrances Et j'apprendrai les brûlures Pour le miel d'une présence Le souffle d'un murmure J'apprendrai le froid des phrases J'apprendrai le chaud des mots Je jure de n'être plus sage Je promets d'être sot Tout mais pas l'indifférence Tout mais pas ce temps qui meurt Et les jours qui se ressemblent Sans saveur et sans couleur Je donnerai dix années pour un regard Des châteaux, des palais pour un quai de gare Un morceau d'aventure contre tous les conforts Des tas de certitudes pour désirer encore Echangerais années mortes pour un peu de vie Chercherais clé de porte pour toute folie Je prends tous les tickets pour tous les voyages Aller n'importe où mais changer de paysage Echanger ces heures absentes Et tout repeindre en couleur Toutes ces âmes qui mentent Et qui sourient comme on pleure